• Nie Znaleziono Wyników

Les sentiments chez les préplatoniciens et les modernes - coïncidences ou influences?

N/A
N/A
Protected

Academic year: 2021

Share "Les sentiments chez les préplatoniciens et les modernes - coïncidences ou influences?"

Copied!
30
0
0

Pełen tekst

(1)
(2)

IHN PAN - IF UWM

Warszawa - Olsztyn

L ES S E N T IM E N T S C H EZ LES P R É PL A T O N IC IE N S

ET LES M O D E R N E S - C O ÏN C ID E N C E S OU IN FL U E N C E S?*

I

De m anière g én é rale la thém atiq u e de sen tim en ts est pleine de c o n f u ­

sions. Il y a p lusieurs points où l’on ne re n co n tre que des pré jugé es, par

e x e m p le la question d ’évaluation des sen tim en ts et la m an ière de parle r des

s e n tim e n ts

p o sitifs

et

négatifs.

A utre pro b lèm e - historique - celui de c o n ­

sid ére r les relations des opinions m odernes avec celles des A nciens. Enfin on

p eut pen se r au rôle des sen tim en ts et plus g é n é ra le m e n t de l’affec tivité dans

les c onc eptions g re cques anciennes où des clichés persistent du fait que cette

p ro b lé m a tiq u e est peu étudiée et si elle l’est la plupart des études que l’on

p eut cite r traiten t de la période hellénistique.

* Le texte est une version légèrement remaniée et augmentée de la conférence

prononcée le

8

décembre 2005 dans le cadre du Colloque

Emotions Over Time:

Ancien! Pathë And Modem Sentiments. A Comparative Approach

, organisé par

l’Université de Crète, Department o f History and Archaeology, Rethymnon et sup­

porté par la I. F. Costopoulos Foundation [son résumé est disponible on-line:

http://www.brown.edu/Departments/Classics/faculty/konstan_Emotion_over_Time.

pdf). Sa rédaction a été terminée lors du séjour à la Fondation Hardt en novem­

bre/décembre 2005 (avec une bourse de la Kulturstiftung Landis & Gyr).

(3)

D ’une part les a u te u rs a u j o u r d ’hui à la m o d e j u s q u ’à p ro d u ire des

best-

sellers'

et parler avec succès de l’ intelligence dite é m o tionnelle ne m ention­

nent pas les a u teu rs g re c s2. Il en va de m êm e pour le m anuel a c a d é m iq u e de

P. E k m an & R. J. D a v id so n

3

ou en c o re p o u r l’ in s tru m en t d is p o n ib le sur

in te rn e t

Classics in the H istory o f P sychologŸ ■

D ’autre part si les héllenistes s ’ intéressent aux c o nc eptions d ’affectivité

chez A risto te

5

et dans la période h ellénistique6, la philosophie de l’époque

an térieu re reste un terrain négligé, puisque - on le répète - la philosophie

pré so cratiq u e (ou p ré p la to n ic ie n n e) est une p h ilosophie de la

p h y sis

ou/et

son caractère est ex c lu siv e m e n t rationaliste. A la C o nvention délia Società

F ilo so fic a Italiana a y a n t pour th è m e

La F üosofia e le Em ozioni,

ten u e du

2 6 - 2 9 avril 2001 à Urbino, des six exposés relatifs à la philosophie antique

un seul c o n c ern a it la p h ilosophie p y thagoric ie nne, un la philo so p h ie aris­

to télic ienne et trois la philosophie de P laton7. Trois livres - J. Frère,

Les

Grecs et le désir d'être. Des Préplatoniciens à A ristote

8, J. M. C ooper,

Reason and émotion: essays on ancient m oral psychology and ethical theo-

r y q

et S. K nuuttila,

Em otions in A ncient a n d M édiéval P hilo soph y'0

-

t ro m p e n t par leurs titres: Frère analyse l ’affec tivité c o m m e fonction des

d y n am ism es v o litifs" , C o p p e r et K n u u ttila ne parle n t par de la période

a va nt Platon. Enfin d e u x o u v ra g e s récents se ra p p o rte n t à Platon: L.

P alu m b o , Eros P h o b o s Epithymia.

Sulla natura d e ll’em ozione in alcuni

dialoghi di P latone

12

et J. F rère,

A rdeur et colère. Le

t h u m o s

p latonicien

R obert C. S olom on dans son essai

The P hilosophy o f Em otions

re tr a ç a n t

l'h isto ire de la philosophie des sentim ents év o q u e

même les Présocratiques

parmi ce ux qui s ’in tére ssa ient à

la nature des ém otions

l4, mais puis il com ­

m ence son histo riq u e avec Platon et Aristote.

La question est donc celle-ci: cette négligence de la part des savants est-

elle fondée, car il n ’y a urait rien à é tu d ie r ni à a n a ly s e r c h e z les

P réplatoniciens du point de vue de l’affectivité, ou bien s ’agit-il d ’une évi­

dente o m ission? Si dans d ’autres dom aines les philosophes grecs passent

pour m aîtres in co ntestables de la philosophie, pourquoi n ’en serait-il pas de

m êm e pour la philo so p h ie de sentim ents?

D epuis la fin du X IX e siècle certains courants se sont intéressés à l’a f ­

fe ctivité en m ettan t en valeur son rôle dans la p h ilosophie de l’hom m e.

C ette ten d an c e tro u v e son origine dans la philosophie du X V IIe siècle.

Pourquoi ne pas pro lo n g er sa genèse - à condition que cela soit ju stifié -

j u s q u ’à l’antiq u ité ? C ’est cette év e ntua lité que j e vais e ss a y e r d ’ex a m in e r

en m e lim itant aux quatre parallèles. Le m ot

parallèle

est utilisé exprès pour

ne pas d éc id e r dans l’im m édiat s ’il s ’agit des co ïncidences ou des anticipa­

tions (influences).

(4)

- d 'a p r è s m es analyses pour ce qui est du v o ca b u la ire des sen tim en ts

chez les P résocratiques, il existe plus de 210 lexèm es se rap p o rtan t aux dif­

férents gro u p e s de sentim ents particuliers (joies, tristesses, craintes, colères,

dépressions, désirs, folies, soucis, hontes, courages, haines, a m itié s )15; ce

ré s u lta t peu t d onc être pris c o m m e un m in im u m de ré fe re n c e q u a n t au

grec. Par e x e m p le , parm i les auteurs m o d ern e s, Wł. W itwicki,

P sychologia'6

é n u m è r e p lu s de 50 s e n ti m e n t s , L. S c h m i d t - A t z e r t ,

D ie verbale

K o m m u n ika tio n en von E n io tio n en '1

- environ 60 différents sentim ents, la

liste la plus détaillée que j ’aie trouvée étant celle de J. P o w e ll

18

avec 207 sen­

tim e n ts ;

- j e ne p eux non plus p o u r des raisons te c h n iq u e s a b o r d e r ici les p ro b ­

lèm es de la définition du s e n tim e n t

19

ou de la classification des ém o tio n s ou

encore de la m ém o ire affective qui se pré sen ten t aussitôt que l’on s ’a p ­

proche de la th é m a tiq u e de l'a f fe c tiv ité 20;

- le m ot

se n tim e n t

(en anglais

feelin g )

est utilisé dans d eux sens dif­

férents, le p rem ier large et courant où il signifie toute la vie affec tive (on ne

fait alors pas de distinction entre

sen tim en t

et

émotion)',

le second plus spé­

cialisé et étroit c o m p re n a n t un niveau co ncret de l’affec tivité à d istin g u e r

de l’im pression, de la sensation, de la passion, de l’ém otion et du vécu (resp.

exp é rien ce vécue); dans cette seconde acception le mot anglais

fee lin g

a un

d o u b le sens, par e x e m p le par M. A rn o ld

21

il est utilisé tantôt c o m m e

sensa­

tion,

ta ntôt c o m m e

se n tim e n t

22. Dans ce sens les o rga nisa te urs du colloque

ont eu raison de m ettre en tête du th èm e fo rm u lé en anglais le mot

ém o tio n ,

m o in s éq uivoque:

E m otions O ver Time: A n cien t Pathê A n d M o d e m

S en tim en ts.

Mais sur le circulaire n ’ont-ils pas c om pris le m ot

ém otion

c o m m e s y n o n y m e

A

q

feeling-.

[...]

the specificity o f 'ancient ' lists o f ém otions

a nd the w ay they d iffer fro n t 'm o dern' définitions o ffe e lin g s

[...]? D ’autre

part le m ot anglais [...] ém otion

combines in ils m eaning a reference to ..feel­

ing". a reference to „ th in kin g

”,

and a reference to a p ersons body1*.

II

Je passe aux quatre exem ples choisis.

1

.

Dans le frag m en t d ’Héraclite d ’Ephèse DK 22 B 85 on lit:

ûu|iô)i [idxeoûai

yalzTiôv

(5)

(,lu tte r

< c o n tr e > le

th y m o s est p é n ib le

,

en effet ce q u ’il vo u d ra it, <au prix> de la

psyché il < Y>achète.)

H e raclite d ’E p h èse parle du c o m b a t c o n tre le ôxipxSçdont la puissance est

énorm e. C ’est une force partielle qui est en état de se soum ettre non seule­

m ent les autres parties ou d y n a m ism e s du p sy ch ism e m ais e n c o re sa totali­

té. sa force intégrale: la

Si l’on considère que le ûup.

6

c; dép e n d de la

on détruit ainsi le sens de la dépe ndance . Si la d é p e n d a n c e se réduit

au fait que le ûup.

6

<; c onstitue une partie de la ij/uxrj et s ’il est vrai que le

ûup.

6

<; l ’e m p o rte sur la

cela prouve la faiblesse de la i^ x f ) et

ses

autres facultés, s ’il y en a.

Il faut to u tefo is re m a rq u er que dans le frag m en t d ’Héraclite, tel q u ’il est

tra n s m is bien évid em m en t, le ôi)|J.(>;est puissant sans être violent: il achète et

non enlève, ne vole pas ni ne viole. Surgissent trois traits du ûu|j.

6

ç le fhjpoç

est fort, sa force est autonom e et spontanée et on (qui?) a la difficulté de

gérer cette au to n o m ie et cette sp ontanéité par la t|n;xT) / au sein de la ilnj^fj.

Heraclite sem ble percevoir q u ’ il arrive des situations où l’entité ne peut

plus s ’op p o ser à sa partie. Par cela Heraclite attire l’attention sur un problèm e

anth ro p o lo g iq u e brûlant qui concerne la relation p a rtie

versus en tité , à savoir:

co m m en t une partie se montre plus forte que l’entité dont elle fait partie?

Il me semble q u ’en tout cas on est obligé d ’accepter que le ût>|i

6

<; soit

autonom e. A utrem ent l’image héraclitéenne est difficile à com prendre voire

im possible à interpréter: si le ûu[i.oç signifiait quelque chose d ’extérieur on

a r riv e ra it à une contradictio in a d iecto: ce qui est étranger ne peut appartenir

à celui à qui cela est étranger.

Le fra g m e n t d 'H é r a c li t e m ontre que le sen tim en t, si in terp ré ter ainsi le

ûu|J.6<;,

est en lui-m êm e la force (la plus) a u tonom e de l ’h o m m e car il ne

dép e n d pas d ’autres instances p sychiques, en revanche elles d é p e n d e n t de

lui, se tro u v e n t to u tes à son merci.

Le trait d ’a u to n o m ie du t)u|i

6

ç se tro u v e c o n firm é ou o b serv é par

P a rm é n id e dans le p assage suivant:

ïtitcoi

xai

|_ie (pépoixnv, ôoov

z'

èrà Û141.ÔÇ itccèvoi [...]

(D K 28 B 1, 1 : les cava les m e p o r te n t a u ta n t que le

th y m o s ira it

[...].)

Il

en résulte que les ca vales co n d u ise n t P arm énide ju s q u e et en m êm e

tem p s s eulem e nt là où le ûup,

6

ç arrive (le pousse). Le ûu^xoç sym bolise à la

fois une force m otrice et une force de concession dans le sens où les cavales

ne p eu v e n t av a n c e r plus que ce que le û q io ç perm et. Il indique la direction

du m o u v e m e n t, la portée du parcours et sa distance. Ainsi il déterm in e le

ca ra c tè re du m o u v e m e n t. Le ü u p ô ç e s t d onc un fa cteu r qui o rien te l’h o m m e

dans son action, dans sa cond u ite et son c o m p o rte m e n t.

S ’il existe une lutte il faut adm ettre une seconde force o p p o sée au

01416

c;.

C h ez Heraclite elle n ’est pas nom m ée. S ouvent les différents c o m m e n ta ­

(6)

teurs y insèrent é tra n g e m e n t l'id ée de rationalité, ce qui est possible, m ais il

ne faut pas o u b lie r que ce la peut être aussi bien une su rin te rp r é ta tio n car

dans ce fr a g m e n t H e raclite n ’en parle pas24. C ’est en q u e lq u e sorte une lec­

ture à la H um e, ou plutôt à l’a nti-H um e , car le philo so p h e éc ossais est l’a u ­

teu r d ’une s en ten c e fort connue: R ea so n is, a n d o u g h t o n ly to be the sla ve

o f the p a ssio n s, a n d can n ev er p r e te n d to a n y o th er o ffic e th a n to se rv e a n d

o b e y them .

(II, III)25. Il produit l’im age d ’une o p p osition entre les sen ti­

m ents et la raison, c ’est vrai. Seulem ent, dans la phrase qui pré cède - so u ­

vent om ise, sû re m e n t b ea u co u p m oins citée et m oins co n n u e que la fa m e u se

sen ten c e

26

- il déclaré que We sp e a k no t s tr ic tly a n d p h ilo s o p h ic c tlly w h en

we ta lk o f the co m b a t o f p a s s io n a n d o f reason.

(II, III

)27

Et si on lit H um e

plus a tte n tiv e m e n t on voit q u ’il dit e n c o re 28: N o th in g ca n o p p o se o r r e ta r d

the im p u lse o f p a ssio n , bu t a co n tra ry im p u lse

[...]29. Ainsi il considère que

les actes des sentim ents et les actes de la raison sont deux d o m a in e s séparés,

isolés, c o m m e par une cloison. Les d e u x v erticalités ont ch acune sa propre

d y n a m iq u e qui ne se confond pas avec l’autre, bien que la v ertic alité des

s entim ents jo u e plus que la verticalité des pensées dans le p sy ch ism e de

l’hom m e, d ’où - pourrait-on dire avec H eraclite - la difficulté de se gérer

par l ’h o m m e 30.

C ette lignée ne s ’arrête pas avec H u m e m ais c o n tin u e avec entre autres

Biaise Pascal et s ’exprim e dans son Le cœ u r a ses raisons, que la ra iso n ne

c o n n a ît p o in t

dont la suite est: on le sa it en m ille choses,

f...]31. Ensuite v ie n ­

nent l’exp ressio n lo g iq u e d es sen tim e n ts

fo r m u lé e par A u g u s te C o m t e

32

et

l'o u v ra g e de T. R ibot qui en a fait son titre33. C h o se c a ra c té ristiq u e , R ibot

r e m a r q u e : les T raités de rh éto riq u e a n cien s et m o d e rn e s sont, à m o n avis,

des essa is d 'u n e lo g iq u e des sen tim e n ts

34

. L ’expression log iqu e d es s e n ti­

m e n ts

p o u rra it s ’a p p liq u e r enfin à la p h ilo s o p h ie de F. B re n ta n o

35

m ê m e s ’il

ne l’a pas utilisée36. Aussi bien chez H eraclite et chez P arm en id e que chez

H um e et P ascal, R ibot et B rentano, p o u r ne p re ndre que ces e x e m p le s ,

j ’aperçois la m êm e m ise d ’accent sur la force et l’au to n o m ie du c œ u r (Û

1410

Ç

chez H eraclite) avec cette différence que chez H um e et Pascal il y a une

notion de plus, celle de raison, absente c h e z H eraclite et P arm énide.

L ’image évolue m ais le problèm e posé est le m êm e. C ’est H eraclite qui

attire l’attention sur la q uestion de sa v o ir s ’il y a transition entre les d if­

férents d y n a m ism e s psychiques, si le se ntim ent est h o m o - ou h é té r o - g è n e

par ra p p o rt à ces autres d y n a m ism e s et, enfin, c o m m e n t ces d istin c ts

d y n a m i s m e s p e u v e n t s ’h a r m o n is e r37. Le frag m en t B 85 d ’H é raclite décrit

donc ce q u ’on p o u rrait a p p e le r la lo g iq u e th ym iq u e.

A cette logique du

ûu|ioç et à son a u to n o m ie on p o urrait e nfin ra p p o rte r le pro p o s s u iv a n t de

Bergson où le philosophe français saisit ses traits: Une é m o tio n est un

é b ra n le m e n t a f fe c tif de l'â m e .

[...]

l ’é m o tio n est un stim u la n t, p a r c e q u 'elle

(7)

incite l ' intelligence à entreprendre et la volonté à persévérer.

[...]

Il y a des

ém otions qui sont génératrices de pensée.™

2.

Dans l’un de ses frag m en ts les plus co n n u s P arm énide dit:

... tô y àp a ù t ô voeîv èan'v te koù eîv a i.

(DK 28 B 3:

en effet le même est

noein

et être)

Il

existe de m ultiples inteprétations de ce célèbre passage et la biblio­

gra p h ie re la tiv e est im p o rta n te 39. Etant do n n é que le v erbe grec voeîv a été

t r a d u it en latin par

cogitare

40, dans la pensée de P arm én id e on peut voir la

source sinon l’a r ch éty p e de la réflexion cartésienne:

cogito ergo sum

m êm e

s'il y a une visible différence co m m e par exem ple le fait que Parm énide

utilise les verbes à l ’infinitif, tandis que D escartes parle de m anière p erso n ­

nelle

(je).

Et quel est le rapport avec l’affectivité?

P o u r la p lu p a rt le

cogito ergo sum

est c om pris c o m m e credo de la

philo so p h ie rationaliste, voire de la position rationaliste par excellence:

j e

p ense donc j e suis.

O r il se trouve que D escartes a précisé ce q u ’ il c o m p re ­

nait p a r son

cogito

, et cela à plusieurs reprises. Ainsi dans les

M éditations

m éta p h ysiq u es

, II, 22 il explique:

une chose qui pense

est

une chose qui

doute, qui conçoit, qui affirme, qui nie, qui veut, qui ne veut pas, qui im agi­

ne aussi, & qui sent.A'

A illeurs encore de m anière plus explicite:

Par le mot

penser, j'e n te n d s tout ce qui se fa it en nous de telle sorte que nous l'ap-

p ercevons im m édiatem ent p a r nous-m esm es ... ; c 'e s t pou rquo i non seu le­

ment entendre, vouloir, imaginer, m ais a u s s i s e n t i r , e s t la m e s m e

c h o s e ic y q u e p e n s e r .* 2

Est-ce q u ’il est à voir dans le voeîv les m êm es ac ceptions q u ’én u m ère

D e sc arte s p o u r son

cogito et

dans la fo rm u le p arm é n id é e n n e le sens suivant:

en effet le mêm e est entendre-vouloir-im aginer-sentir-penser et être"! A

G reek-E nglish Lexicon

de Liddell - Scott - Jones do n n e pour le verbe voeîv:

p erceive by the eyes, observe

[...]

p erceive by the mind, app reh en d

[...]

take

notice

[...]

think, consider, reflect

[...]

consider, deem, présum é

f...]43, donc:

pas de m ention de

sentir

(

fe e l

). C e p e n d a n t plus qu e la trad itio n de tr a d u c ­

teurs im porte le fait que

ces textes

[...]

sont écrits dans une langue p ou r

laquelle p lu s aucune personne n 'e st dotée d ’une com pétence linguistique

réelle.

[...]

Pour expliquer le sens d 'u n mot grec, on ne recourt p a s à un locu­

teur, m ais à un dictionnaire et à des gram m aires qui eux-m êm es n 'ont été

conçus q u 'à p a rtir de textes écrits.

[ ...] 44

Le verbe en question est un verbe

d é n o m i n a t i f de vooç mind,

as em ployed in perceiving a n d thinking

[...]

(8)

m ore w idely, as e m p lo y e d in fe e lin g , d eciding , etc.,

Iieart [...]45. Là, le sens

s e n tir

ressort. Dans son dictio n n aire P. C h a n tra in e e x p liq u e q u e le s u b ­

s t a n t i f d o n t voeîv est un verbe d é n o m in a tif signifie «intelligence, esprit» en

tant q u 'il p e r ç o it et q u 'il p e n s e

[...] et ajoute: m a is ce tte p e n s é e p e u t être

m é la n g é e à un s e n tim e n t.46

B eau c o u p plus ré c e m m e n t, p o u r R ud o lp h

H e rm an n Lotze par exe m ple , la c o n sc ie n c e c o m p re n d aussi bien le pense r

que le sentir. Si l’âm e ne pense ni ne sent rien, la conscience est vide. L ’âm e

n 'a g it pas et son existence est nulle47.

S ’il en est ainsi il n ’est pas exagéré de voir un parallèle entre le co gito

de

D escartes et le voeîv de P arm én id e et dans les d e u x son é lém e n t im m a n en t

q u ’est le sentir. C ette anticipation m ontre que la m au v aise o p in io n de

D e sc arte s q u ’il portait sur les p h ilosophes an c ie n s

48

est une exp ressio n de

son m ép ris et sa fausseté. En réalité il leur est plus proche q u ’il ne v oulait

le re connaître et sa pensée est m oins originale que l’on ne ju g e h a b itu e lle ­

m e n t 49.

3.

D é m o c rite est un autre grand P résocratique. Voici s o n

50

f r a g m e n t DK

6 8

B 31:

iaipiKf] pèv yàp ow patoç vôoouç axeerai,

oocpvr) ôè it/ux^v Tiotûwv cajxxipeÎToa.

( < l 'a r t > m é d ic a l g u érit des m a la d ies d u corps,

en reva n ch e la sa g esse enlève la

psyché d es

p ath e.)

S ou v en t on déterm in e le sens du mot Ttaûf) en le m ettan t en s y m étrie

avec v

6

oouç(du corps) du fait q u ’on a une te n d a n c e à o p p o s e r c o rp s

et âm e.

Ainsi: les m aladies du corps v e rsu s

états patholo g iq u es de l’âme.

M ais dans le fragm ent la sym étrie n ’est pas évidente, car les d e u x m ots

se tro u v e n t dans de différentes positions syntactiques. N on plus il n ’y a pas

de c o m m e ... de m ê m e

... . C ’est pourquoi on peut aussi bien m ettre l’ac cen t

sur la d iffé re n c e entre la m édec ine et la sagesse dans leurs m an ières d ’agir:

si Ut m édecine fa i t ... la sagesse < agit autrem ent, à savoir>

... .

De plus, les

deux im ages se distinguent: si g u é r ir

est une sorte de c h a n g e m e n t par t r a n s ­

f o r m a t i o n 51, sé p a r e r

est un c h a n g e m e n t par so u stra c tio n . Et encore:

pourquoi D é m o c rite ne parle pas de l’e n lè v e m e n t des

7

tâûr| de la i|nj)(fj, m a ‘s

au c o n tra ire de l’e n lè v e m e n t de la i l n ^ d e s Ttâûr|? A u tre re m a rq u e : le f r a g ­

ment de D é m o c rite a un ca rac tè re d e s c r i p tif et décrit un principe, loi, règle

et non un c a ra c tè re no rm atif, m oral (du type: il f a u t q u e

...)52.

V oilà la raison pour laquelle j e pro p o se de prendre le m ot Ticcûr| au sens

p rem ier, plus large et neutre - e x p é rie n c e

,

E r fa h r u n g

-

s u rto u t q u e d ’une

part il n ’a aucun a ttrib u t et d ’autre part, il est peu ju s t if ié de n u a n c e r le

sens de ce m ot en fonction du sens du m ot de la p rem ière phrase (vôoouç)53.

(9)

P our qui c o n n a ît le d é v e lo p p e m e n t du co n c e p t de p h ilo s o p h ie

il est difficile

de passer sous silence l’arg u m e n t de Platon, à savoir q u ’à l’origine de la

con n a issa n ce p h ilosophique il y a un des

TtctOT|: |iaÀ a

y à p (piA.ooo<pou

toûto

t ô Ticatoç, xô ûocu|iâÇeiv où yàp àÀÀr) à p x n (piÀoooqriaç rj a ü r r f 4. Si l’un

des raxôr| est un fo n d e m e n t de la philosophie, il doit s ’ag ir alors de la sphère

p sy ch iq u e de l’h o m m e à ne pas om ettre.

D ans le frag m en t de D é m oc rite il peut donc être question d ’une sphère

du p sy ch ism e dont la sagesse retire la

Les

7

tccûr| co n s titu e n t ce q u ’on

p o urrait a p p e le r le m ilieu p sy ch iq u e initiale55, son niveau prim aire de l ’af­

fectivité, encore passif. D ém ocrite décrit la situation où la ijruxrj s o r t

de ce

m ilieu initial, le quitte, s ’élève et non postule que l’on la prive des sen sa­

tions. Plus la îliuxi est sage, m oins ses sensations ont caractère passif, alors

q u 'e ll e s sont cepen d an t, à mon avis, ses états naturels au niveau de la p ré­

sagesse. Son d é v e loppe m ent c ’est la sagesse, le passage de la passivité vers

l’activité. Les raxûr| p euv e n t d ev e n ir négatifs m ais seulem e nt lorsque les sen­

sations d ésignent et deviennent les limites de l’affectivé de l’âm e, lorsque la

c o n n a is sa n c e s 'a r r ê t e à ce niveau du d é v e lo p p e m e n t psychique. On peut

dire que c ’est à ce m om en t-là q u 'e lle tom b e m a la d e, p u i s q u ’elle se rétrécit,

elle est privée d ’autres types d ’affectivité qui ne sont pas activées.

Au d ébut du XX e siècle la corrélation sem blable a été o b serv ée par

T h é o d u le R ibot et form ulé e x p lic ite m e n t dans une règ le, dite p r in c ip e

ou loi

de Ribot, à sa v o ir que to u t s e n tim e n t p e r d d e sa fo r c e d a n s la m esu re où il

s'intellectualise™ .

C ela signifie q u ’au cours du d év e lo p p e m e n t l’affectivité

se transform e et sous l’influence des d y n am ism es logiques elle s 'in te lle c tu ­

a lise et s 'a ffa ib lit51

.

Ce niveau de l’affectivité est caractéristique de l’en­

fa n ce. C e t t e p re m iè re a f fe c tiv ité est une m a tric e p o u r les n iv e a u x

su p érie u rs a u x q u e ls elle sert de support. Par e x e m p le l'a ffe c tiv ité « pu re» et

sa n s-o b je t ex iste d éjà d a n s l 'instinct d u n o u ve a u -n é58: le m onde affective­

m ent indifférent, c ’e st-à -d ire ni agréable ni désa g réa b le , est un m onde non

d ifférencié et en réalité non existant co m m e o b jet de l'in té r ê t et de l ’a tte n ­

tio n q u i est une fo n c tio n de toutes les ten d a n ces a ffe c tiv e s et la m a n ifesta ­

tio n de to u te l'a c tiv ité p ro p re de l'e n fa n t59. Dans sa conclusion Ribot dit

explicitem ent: [...] la p la c e de la vie a ffective dans la to ta lité de la vie p s y ­

c h iq u e

[...] est la

première. [...] E n elle, est la base de l'id e n tité et du ca ra c­

tère.

Et co m m e on va le voir tout de suite, chez Platon dans son m odèle de

l’âm e, la partie des

ttccût|

(donc p a th iq u e ,

Platon l’appelle t ô

émik>|ar]TiK6v,

bien que la plus basse, elle est (pour cela) la plus élém e nta ire et ainsi indis­

p ensa ble au bon fo n c tio n n e m e n t de l’entité. Son rôle est su rto u t d ’assu re r

l’a p p o rt d ’énergie.

(10)

4.

Le q u a triè m e e x e m p le est plus difficile à p ré s e n te r car il ne re p o se pas

sur un f r a g m e n t précis m ais il se rapporte à l’e n s e m b le du m o d èle de l ’af-

fe c tiv ité re co n stru it, à sa v o ir aux m ots p o u v a n t se ra p p o rte r à la notion

sen ­

tim en t, feeling, G e fü h l

lesquels en grec sont: aïoûr|Oi<;, Ttctûoç, &u[iôç, (pprjv,

vooç, Àdyoç Ils déc riv en t ce q u 'e s t le se ntim ent en le saisissant dans ses

div ers niveaux. A in si61:

français anglais allemand polonais grec

sentim ents passifs

im pression impression, feeling Eindruck w rażenie a ïo ô r|o iç

sensation sensation Empfindung odczucie itâÔcx;

affection passion affection passion Affektion, Gefühl Leidenschaft doznanie TOXÔOÇ sentim ents actifs

ém otion ém otion [plus large q u ’en français]

Affekt,

G em ütsbew egung62

wzruszenie ôutiôç, <PPńv

sentim ent6’ sentim ent, feeling Gefühl uczucie

vôoç vécu [RZ]

[expcrience vécue]

— [? experiential

exp erien ce' ]

Erlebnis przeżycie Aóyoę

T o u t c o m m e le s s e n s a t i o n s e t le s d é s ir s , d e m ê m e le s s e n t i m e n t s s o n t, p o u r u t i l i s e r l ’ e x p r e s s i o n f o r g é e p a r l ’é l è v e d ’ E d o u a r d C l a p a r è d e , K . D ą b r o w s k i, s t r a t i f i é s

à niveaux m ultiples

(

m u ltilevel

)65.

Q u a n t a u x p r e m i e r s c e l a r é s u l t e d u p a s s a g e s u i v a n t d e P la to n : T p v ô e. xpicàv ôvtcûv T prnroù koù r jô o v a i [loi (pouvovxoa, èvôç È K aoiou p a a iô î œ éT uû u |jao a t e gxjoüjtgix; koù àpxcxi. [...] |66) K o ù f)ôovâ)v ôf] xp û x eïô r|, im o K eijiev o v ëv ÉKaoTcp to u tg û v [...] ( 5 8 0 d 7-581 c 6 )67 - p o u r c e s d e r n i e r s , le s s e n t i m e n t s , c ’e s t d i t d e m a n iè r e m o in s e x p l ic i te .

D a n s le

P hèdre

o ù P la to n r e p r e n d la t r i p a r t i t i o n d e l ’â m e d e m a n i è r e a l l é g o r i q u e 68, le c o c h e r , r é p r é s e n t a n t la p a r t i e d i t e

logotique

(

logistiko n

)

d e la

R épu b liqu e

6Q, e s t p o u r v u - le f a it p o u r la p lu p a r t n é g l i g é o u m ê m e n ié 70—, à p a r t s e s f a c u l t é s p e r c e p t i v e s e t c o g n i t i v e s , d ’ u n e c a p a c i t é à é p r o u v e r d e s s e n t i m e n t s . N o n s e u l e m e n t le c o c h e r

voit l ’im age d 'a m o u r

7I, c e q u i f a it

écha uffer toute l ’âm e

72, m a is a u s s i il

ressent une nostalgie

73,

s'in d ig n e

74 e t

éprouve une crainte et une angoisse7\ L e c o c h e r - e t a fo r tio r i

la p a r t i e

logo­

tique

a in s i s y m b o l i s é e - c o n t i e n t le s é l é m e n ts

noétiq ue76 e t s o m a t i q u e

(p a th iq u e

).

L a lia is o n a f f e c t i v o - r é f l e x i v e ( s e n t i m e n t - p e n s é e ) a u n iv e a u lo g o ­ t i q u e c o m p r e n d a i n s i le s s e n tim e n ts e t le s p e n s é e s d u n iv e a u le p lu s é le v é . P la to n v a j u s q u ’à d ir e q u e

le cocher éprouve une sensation11

.

E n f in - c h a n g e m e n t d e p e r s p e c t i v e c a r il y a r e t o u r à l ’â m e d o n t le s p a r t i e s s é p a r é e s

(11)

ven a ie n t d ’être traitées -

Y âm e

de l’am ant suit l’aim é

avec angoisse et

crainte

78.

Les sen tim en ts du cocher, du cheval blanc et du cheval noir - donc les

sentim ents ou plutôt les affectivités

logotique, th ym iq u e

et

épithym ique

(resp.

p a th iq u e

) - se distinguent

verticalem ent.

P our d é m o n t r e r la pespec-

tive s em b lab le c h e z les P résoc ratiques il faudrait p ro c é d e r à une analyse

p lus d é ta illé e , m ais la c la s s ific a tio n ou du m o in s la d iv e rs ité des

p h én o m èn e s affectifs tels q u ’ils se laissent décrire dans une reconstruction

peut être ra p p ro c h é e de d eu x m o d èles co n te m p o ra in s:

L ’un est celui de N ic o la ï H artm ann. Il s ’agit de la d isposition horizon­

ta le

70

ca r H artm ann a d is tin g u é des actes é m o tio -ré c e p tiv e s (par exe m p le

sentir, subir, vivre qch., supporter), ensuite des actes ém o tio -p ro sp e ctiv e s

(dirigés vers l’avenir), enfin des actes ém o tio -sp o n tan és (avec une d éterm i­

nation active). Ma proposition de mise en parallèle est la suivante:

- actes ém o tio -ré cep tiv es80 = actes

ép ithym iques

(resp.

p a th iq u es),

c ’est-

à - d ire aïoÔT|aiç et ra ûoç;

- ac te s é m o t i o - p r o s p e c tiv e s

81

= ac te s

logotiques

(à d i s t in g u e r de

logiques

), c ’est-à-dire vooç et Àoyoç;

- actes ém o tio -s p o n ta n é s

82

~ actes

th ym iq u e s

, c ’est-à-dire ûup,dçet (pprjv.

L 'a u tr e ra p p ro c h e m e n t est celui avec le m o d èle éla b o ré par Max

Scheler. Son m odèle est vertical car Scheler a divisé ou plutôt placé la vie

affec tiv e sur q u a tre niveaux:

quatre niveaux affectifs bien déterm inés qui

correspondent à la structure de notre existence hum aine tout entière. Ce

sont: 1" les

sen tim en ts sensoriels

ou «sentim ents-de-sensation»

[...]/

2" les

s e n tim e n ts p r o p r io - c o rp o re ls

(à titre d 'états) et les

s e n tim e n ts vitaux

(en

tant que fo n ctio n s): 3" les

purs sen tim en ts «de l’âm e»

(purs sentim ents du

Je): 4" les

s en tim en ts spirituels

(ceux de la personnalité).

Le critère de la dis­

tinction est:

Ce caractère phénom énal de la

« p ro f o n d e u r »

du sentim ent

[,..]8’. Platon ne parle pas e x p lic ite m e n t du critère de d istinction m ais le trait

de verticalité est visible dans son m odèle aussi bien dans la

R ép u b liq u e

qu e

dans le

Phèdre™.

D 'a u t r e part il faudrait é la b o re r ce tte notion de

p r o ­

fo n d e u r

qui pour le m o m en t est m oins une ca té gorie philo so p h iq u e q u ’elle

n 'e s t une m étaphore, m êm e si son historique rem onte à H eraclite d ’Ephèse:

ijnjxfjç Tieipaxa ià>v oùk ccv é^eupoio, n â a a v ÊTU7iopeud|ievoç ô ô d v oütoj

Po.üùv Àoyov ëxei

.85

Aussi bien c h e z Platon que chez H artm ann et S ch eler la hiérarchisation

ou la s tra tific a tio n

86

est visible. Il resterait à a p p r o fo n d ir la c om paraison

des d eux perspectives: ancienne et moderne. Mais le m odèle platonicien, et

beaucoup plus tard celui de Scheler, peuvent être conçus c o m m e la solution

ou du moins la proposition d ’une solution du problèm e év o q u é dans ce texte

c o m m e premier: le conflit intra-psychique dont parle H eraclite (ci-dessus: II

(12)

1). Dans la

R épub liqu e

Platon c o m m en te ex p licitem ent l’expression

Kprixto)

carco

û (p lu s f o r t de soi-m êm e)

et explique son utilisation. Il dit q u ’elle

est ridicule en e lle - m ê m e (430 e 11), à moins q u ’elle ne signifie que tv év

corai» tô) âvüpamco

rapt

Tf|V t|/uxiiv ™ (ièv [3éÀtiov evi, t ô ôè /eipov, Km

ôxav [ièv

péÀxiov <pûoei

toû

xeipovoç

èyKpaTeç

rj,

toûto

XÉyei

kpei'ttco

aÙTOÛ [...] (431 a 4 -6 :

dans l'hom m e en ce qui concerne l'âm e il y a le

m eilleur et le pire, et lorsque le m eilleur serait p a r nature fo r t p a r lui-m êm e,

cela signifie 'plus fo r t de soi-m êm e').

Mais en résu Ite-i I par là q u e Platon

exclue q u ’il soit possible que ce soit

le moins bon

qui serait

p lu s f o r t

? 87

111

En guise de conc lu sio n voici trois remarques:

1

.

Les analyses historiques dans les d o m ain es de la p h ilo so p h ie /p sy c h o lo g ie

des se n tim e n ts sont à pro p o s car les m a le n te n d u s - p o u r ne pas dire d é f o r­

m ations - sont énorm es. A titre d 'e x e m p le j ' e n cite deux, les d eu x étant en

relation a v e c la pensée grecque:

René D e sc arte s a c o m m e n c é son traité sur

Les passion s de l ’âme

en

a f firm a n t:

Il n ’y a rien en quoi paraisse mieux com bien les sciences que

nous avons des anciens sont défectueuses qu 'en ce qu 'ils ont écrit des p a s ­

sions.

L ’a u to rité du

père de la philosophie m oderne

qui é n o n c e une phrase

auto ritaire pèse lourd par son influence. M ais en réalité il s ’agit d ’un rac­

courci dont le sens peut être éclairé par ses

Lettres à la p rin cesse E lisabeth

(s u rto u t la

L e ttre X II).

On y voit que par les

anciens

D e sc a rte s c o m p re n d

Epicure, Z én o n , et surtout S énèque. Or, ce sont les p h ilo so p h es de l ’ép o q u e

tardive (h e llé n istiq u e ou m êm e rom aine, en plus pour ce qui c o n c ern e

S en èq u e de la langue latine), peu re p r é s e n ta tif pour la G rè c e p ré s o c ra tiq u e

et cla ssiq u e p o u r ce qui est du rôle attrib u é aux se n tim en ts. C u rie u s e m e n t

dans son traité D escartes sem ble suivre l’e n se ig n e m e n t d ’A ristote sur

[-léoov parce q u ’ il dit (art. 21 I):

Car nous voyons q u 'e lles

[passions]

sont

toutes bonnes de leur nature, et que nous n 'avons rien à éviter que leurs

m auvais usages, ou leurs excès

[...].

Le d e u x iè m e exe m ple de m alentendu est lié à Dietrich von H ildebrand,

ap p e lé par le pape Pie XII

the 20th C entury D octor o f the C hurch

, qui parle

de

la nécessité de la révision de notion du sentim ent telle qu 'elle a été héritée

de l'A n tiq u ité

88. Il affirm e que pour les G re cs

le cœ ur et les sentim ents

(13)

n avaient p as de caractère s p i r i t u e l

Il le d é m o n tre de la m an ière suivante:

le cœ ur et te sentim ent ont été tout sim plem ent exclus du dom aine de l'e ­

sprit. Dans le

P h è d r e

nous trouvons encore les mots: ..La fo lie de l ’amour

est la p lu s grande bénédiction des d e u x ”, mais dans la

R é p u b liq u e -

en don­

nant un cours systém atique des po uvoirs de l'â m e hum aine

-

Platon n 'ac­

corde p as au cœur même la place sem blable ci celle qu'occupe la raison.™

M ais j u s t e m e n t - von H ildebrand re n v erse l’ordre c h ro n o lo g iq u e des deux

d ialogues en question. Le fait-il exprès ou in conscie m m ent? Et puis j e me

d e m a n d e s ’il a ch e rch é à analyser les deux d ialo g u es01.

L ’interprétation du rôle des sentim ents selon les A nciens est m aintes fois

biaisée par de telles c o n fu sio n s ou m au v aise s lectures qui p roduisent une

m anière de penser tend en c ieu se et scien tifiq u em en t nuisible: l’affectivité

selon les A n c ie n s au ra it été c o n s id érée s ec o n d aire par ra pport au facteur

rationnel. En c o n sé q u en ce elle aurait été qualifiée c o m m e

irrationnelle

, et,

en définitive, ju g é e

négative.

2 .

Il

faudrait v oir d 'u n e part dans quelle m esure la scission entre les fonc­

tions de pensée et les fonctions affectives

92

a co n trib u é à la n é g a tivisation de

l'a f fe c tiv ité - et, d ’autre part, quand elle s ’est produite: avec D escartes ou

H u m e? ou av a n t? à l 'é p o q u e d ’A ristote p e u t-ê tre 93?

Il

est fort p ro b a b le q u ’une telle persp ectiv e soit une pure dém arch e

m é ta p h o r iq u e (vide H u m e ) ou tech n iq u e et ne ré ponde point à la réalité

p s y c h iq u e 94. En effet les fonctions que l’on analyse sépa rém ent sont liées de

m an ière ind isso c iab le95. La preuve p eut en être q u e lo r s q u ’une personne

perd la m ém o ire des niveaux s upérieurs des s en tim en ts (ém otion, senti­

ment, vécu), elle perd en m êm e tem p s sa propre identité personnelle. Cela

a l ’air d 'u n e thèse c o n te m p o ra in e m ais a p p a re m m e n t ce p h é n o m è n e a été

déjà re m a rq u é et d é c rit par Platon (to u jo u rs d an s le

P hèd re

):

Il fa u t en effet

que l ’homm e saisisse le langage des Idées, lequel p art d 'u n e m ultiplicité de

sensations

1%l

et trouve l'u n ité dans l'a c te du raisonnem ent

,97l

Or, il s 'agit là

d 'u n e rém iniscence

1981

des réalités ja d is

vues

1" 1

p a r notre âme, quand elle

suivait le voyage du dieu, et que dédaignant ce que nous appelons à présent

des êtres réels, elle levait la tête pou r contem pler l'être véritable. Aussi bien

il est ju ste que, seule, la penséeim] du philosophe ait des ailes, car les objets

auxquels elle ne cesse de s 'appliquer p a r le souvenir['°'\ autant que ses

fo rc e s le lui perm ettent, sont ju ste m e n t ceux auxquels un dieu, pa rce qu 'il

s 'y applique, doit sa divinité. L 'homme qui se sert correctem ent de tels

m oyens de se souvenir[ia2\ toujours p a rfaitem en t initié aux m ystères p a r ­

(14)

f a i t s ^ \ est seul à devenir vraim ent p a rfa iflmil°*.

La note des éd iteu rs re la ­

tive à ce passage est la suivante:

A la discipline logique de la pensée, qui con­

duit à

/

'Idée et à la rém iniscence des visions oubliées, correspond sur le p la n

a ffe c tif le délire am oureux

. 106

Et si l’on opte pour la position intégrale, j ’e ntends celle de la c o m p lé ­

m entarité de la pensée avec l’affectivité, la volonté, la m ém oire, on c o m ­

prend m ieux le soi-disant

intellectualism e so cra tiq u e

l07: si l’on pense que le

savoir éth iq u e de Socrate n ’a pas eu de ca rac tè re e x c lu s iv e m e n t intellectuel

- ce qui est j u s tif ié car dans ce cas-là la position de Socrate aurait été m a n i­

fe ste m e nt fausse, puisque l’on o bserve ch a q u e j o u r que ce type de sa v o ir ou

de c o n n a issa n ce n 'e m p ê c h e pas de co m m ettre des vices - mais q u e l’on

accepte q u ’il reposait sur le savoir profond et vécu, lié à la pensée, à la

volonté et au x se n tim e n ts 108, on évite de co rrig er Socrate, de j u g e r sa posi­

tion e n fan tin e et n a ïv e 100.

Je ne m e résous pas à d o n n e r de réponse défin itiv e à la question:

coïnci­

dences ou influences?

11

sem ble que l’ho m m e

as a biological being has

rem ained essentially unchanged fro m the beginnings o f civilization to the

p r e s e n t" 0.

Ainsi sans décider s ’il s ’agit des coïncidences ou des influences

m ais re tenant que les analogies sont visibles on peut

p r o fite r

de la philo so ­

phie g re c q u e a n c ie n n e pour

(re)constuirelu

l ’ontologie des sentim ents tout

en

utilisant

les données et les analyses effectuées par les philosophes

po stérieu rs, p o u r ne m e n tio n n e r que T h o m a s d ’A quin, H obbes, D escartes,

Pascal, S pinoz a, M a le b ra n c h e , S h aftesbury, H utche son. H um e, B rentano,

Ribot, M ein o n g , H usserl, S cheler, B ergson, H artm ann ou Sartre. P our cela

il faut p o stu ler des recherches plus s y stém atiq u es dans le ca d re de l’histoire

de la p h ilosophie/psychologie des s e n ti m e n t s " 2.

(15)

B ib lio g ra p h ie

A 1 q u i é F

..L a conscience affective.

Paris 1979, Vrin

A r i s t o t l e :

M etaphysica

, (éd.) W. J a e g e r , O xford 1957, U n iv ersity Press A r n o l d M .:

Emotion and Personality

, t. 1:

Psychological Aspects.

N e w York

1960, C o l u m b ia U n iv e r sity Press

A v e r i l ! J. R.:

In the Eyes o f the Beholder

in: P. E k in a n , R. J. D a v i d s o n (éd.):

The Nature o f Emotion. Fundamental Questions

, pp. 7-14

B e r g s o n H . :

Les deux sources de la morale et de la religion.

[8 éd.] Paris 1932, L ib rairie Félix A lca n

B r e n t a n o F . :

Vom Ursprung sittlicher Erkenntnis.

L eip zig 1889, D u n d e r & H u m b l o t

B u c k C . D. (éd.):

A Dictionary o f Selected Synonyms in the Principal Indo-

European Languages. Contribution to the History o f Ideas.

C h ica g o 1949, The U n iv ersity o f C h i c a g o Press

B u c z y ń s k a - G a r e w i c z H . ,

Uczucia i rozum w świetle wartości. Z historii

filozofii wartości.

Wrocław 1975, Ossolineum

C a n t o - S p e r b e r M. & B r i s s o n L .:

Ce qu'il fa u t savoir avant

d'aborder l'étude de la pensée antique

in: M. C a n t o - S p e r b e r , J. B a r n e s , L. B r i s s o n , J. B r u n s c h w i g , G. V l a s t o s :

Philosophie

grecque.

Paris 1997, PUF

C h a n t r a i n e P . :

Dictionnaire étymologique de la langue grecque,

t. 3. Paris 1984, K lincksieck

C l a r k J. O. E.:

Word fo r word. A dictionary o f synonyms.

London 1989, H a r r a p ' s r e f e r e n c e

C o m p t e A .:

Système de politique positive ou Traité de sociologie, Instituant la

Religion de l'H umanité

, t. 2, Paris 1852 [ ré im pression: Paris 1970, Editions A n th r o p o s ]

C o o p e r J . M . :

Reason and emotion: essays on ancient moral psychology and

ethical theory.

P rinc eton 1999, U n iv ersity Press

D ą b r o w s k i K. :

Les dynamismes principaux de la désintégration à niveaux

multiples.

„A nnales M é d ic o -P s y c h o lo g iq u e s” 119, 1/1961, pp. 225-234

D ą b r o w s k i K . :

Multilevelness o f emotional and instinctive functions

, [2 éd.] Lublin 1996, KUL

D e s c a r t e s R. :

Principia philosophia

(1644) in:

Œuvres de Descartes,

(éd.) Ch. A d am & P. T a n n e ry . Paris 1957, J. V rin, t. VIII

D e s c a r t e s R. :

Les principes de ta philosophie

(1647) in:

Πuvres de

Descartes,

(éd.) Ch. A d a m & P. T a n n e ry . Paris 1957, J. Vrin, t. IX

D e s c a r t e s R. :

Meditations métaphysiques

(1647) in:

Œuvres de Descartes,

( éd.) C h. A d a m & P. T a n n e ry . Paris 1957, J. Vrin, t. IX

D e s c a r t e s R . :

Les passions de l'âme.

Paris 1988, G a ll im a rd

DK = H . D i e l s , W . K r a n z ,

Die Fragmente der Vorsokratiker,

t. 1-3. Z ürich - H ild e sh eim [18e éd.] 1989, W e id m a n n

(16)

E i s l e r R

Wörtebuch der philosophischen Begriffe.

Berlin 1901, V e r le g t bei E rnst S ie g f rie d M ittle r und S ohn, t. 1

E k m a n P., D a v i d s o n R . J . (éd.):

The Nature o f Emotion. Fundamental

Questions.

N e w Y o rk 1994, O x fo rd U n iv ersity Press

Encyclopedia o f Human Emotions

, (éd.) D. L ev in so n , J. J. P onzetti, Jr., P. F. Jorgense n. N e w Y o rk 1999, M a cM illan R e fe re n c e U SA , vol. 1

F o r t e n b a u g h W . W . :

A ristotle on Emotion.

2 éd.: L o n d o n 2 0 0 2 , D u c k w o r t h

F r è r e J .:

Les Grecs et le désir de l'être. Des Préplatoniciens à Aristote.

P aris 1981, Les B elles Lettres

F r e r e J .:

Ardeur et colère. Le thumos platonicien.

Paris 2 0 0 4 , K im é

F r i e s N .:

Emocje, Aspekty eksperymentalne i lingwistyczne

in:

Wartościowanie w

języku i tekście na materiale polskim i niemieckim,

trad. A. Weinsberg. Warszawa 1992,

W ydaw nictwa Uniwersytetu Warszawskiego

G r o s s D . M . :

The Secret History o f Emotion.

C h ic a g o 2006, T h e U n iversity o f C h i c a g o Press

H a r t m a n n N .:

Zum Problem der Realitätsgegebenheit.

Berlin 1931, Pan- V e r la g sg e se llsc h a f t M. B. H.

H a r t m a n n N .:

Neue Wege der Ontologie.

S tu ttg a rt 1964, W. K o h l h a m m e r H a r t m a n n N .:

Zur Grundlegung der Ontologie.

[4 éd.] Berlin 1965, W alter de G r u y t e r & C o.

H a v e l o c k E . A .:

Preface to Plato.

O xford 1963, Basil B lackwell

H e i d e g g e r M . :

Introduction à la métaphysique,

trad. G. K ahn. Paris 1967, G a l l i m a r d

H i l d e b r a n d v o n H . :

Über das Herz. Zur menschlichen und gott men­

schlichen Affektivität.

R e g e n s b u r g 1967, H abbe l

H u m e D .:

A Treatise o f Human Nature,

(éd.) L. A. S elby-B igge & P. H. N id d itc h . [2 éd.], O x fo r d 1978, C la re n d o n Press

H u s s e r l E .:

Ideas: General Introduction to Pure Phenomenology,

trad. W. R. B o y c e G ib son. L on d o n 1931, G eo rg e Allen & U n w in Ltd, A nalytical Index

H u s s e r l E .:

Idées directrices pour une phénoménologie,

trad. P. Ricceur. Paris 1950, G a ll im a rd

I n g a r d e n R .:

Wykłady z etyki,

(éd.) A. Węgrzecki. Warszawa 1989, PWN K a h n C . H .:

The Object o f Love

in:

Platon and the Socratic Dialogue. The

philosophical use o f a literary form .

C a m b r id g e 1996, U n iv e r sity Press

K ii u u t i I I a S .:

Emotions in Ancient and Medieval Philosophy,

C l a r e n d o n Press, O x fo rd 2004.

K o n s t a n D . :

Translating Ancient Emotions.

„A c ta C lassica” 46, 2003, pp. 5-19 L a I a n d e A .:

Vocabulaire technique et critique de la philosophie.

[8 éd.] Paris

1960, PUF

L i d d e l l H . G . , S c o t t R . , J o n e s H . S . :

A Greek-English Lexicon

with a Supplement.

O x fo rd [9 éd.] 1940 [ré im p ress io n 1989], C l a re n d o n Press

(17)

Longman Active Study Dictionary,

versio n sur le C D R O M , P e a rso n E duca tion Ltd 2004

L o t z e H

M etaphysik.

Lepizig 1879, E. Hirzel

L u t o s ł a w s k i W .:

The Origin and Growth o f Plato's Logic with an Account o f

Plato's Style and o f the Chronology>

o f his Writings.

London 1897, Longm ans Green & Co. [2 éd. 1905, réimpression 1983]

L u t o s ł a w s k i W . :

Nieśmiertelność duszy i wolność woli. Listy do młodszego

brata o metafizycznych zagadnieniach.

Warszawa 1909, Wydawnictwo M. Arcta M a z u r k i e w i c z J . :

Zarys fizjologicznej teorii uczuć,

l ere partie. Warszawa 1930, W ydawnictwo „R ocznik a Psychjatrycznego”

M a z u r k i e w i c z J . :

Wstęp do psychofizjologii normalnej,

vol. 1. Warszawa 1950, PZW L

M e i n o n g A .:

Über emotionale Präsentation.

W ien 1917, Alfred H older N i s s e n T .:

Die Physiologie und Psychologie der Furcht in der Ilias.

„ A r c h iv für gesam te P sy ch o lo g ie” 46, 1924, pp. 70-97

P a l u m b o L .: Ero s P h o b o s E p ith y m ia.

Sulla natura dell'emozione in alcuni

dialoghi di Platone.

Napoli 2001, Loffedo

P a s c a l B .:

Pensées,

(éd.) L. B runsc hvicg. Paris 1945, H ac hette

P l a t o n :

Opera,

t. 1-5, (éd.) J. Burnet. O xford 1900-1907, C l a re n d o n Press P l a t o n :

Œ uvres complètes,

t. 4, 3e partie:

Phèdre,

(éd.) C. M o r e s c h in i. trad. P. Vicaire. Paris 2002, Les Belles Lettres

P o w e l l L. :

The Secret o f Staying in Love.

N ile s, III. c l 9 7 4 , A rgus C o m m u n i c a t i o n s

P r i c e A . W .:

Mentcd Conflit.

London - N e w Y o rk 1995, R outledge R i b o t T h

. . L a psychologie des sentiments.

Paris 1897, Félix Alcan

R i b o t T h

. . L a logique des sentiments.

Paris 1905, Félix Alcan S c 11 e I e r M

. . L e form alism e en éthique et l'éthique matérielle des valeurs.

Essai nouveau pour fonder un personnalisme éthique,

trad. M. de G a n d il la c . Paris

1955, G a llim a rd

S c h m i t t A .:

Selbständigkeit und Abhängigkeit menschlichen Handelns bei

Homer. Hermeneutische Untersuchungen zur Psychologie Homers.

S tu ttg a rt 1990, F ra n z S te in e r V e r la g

S h a y J .:

Achilleus in Vietnam. Combat Traume and the Undoing o f Character.

N e w Y ork 1995, S im o n & S chuste r

S h a y J .:

Odysseus in America. Combat Trauma and the Trials o f Homecoming,

f o re w o r d by M. C le la n d , J. M c C ain . N e w Y o rk 2 0 0 2 , S cr ib n e r

S o l o m o n R . C . :

The Philosophy o f Emotions

in:

Handbook o f Emotions,

(éd.) M. Lew is & J. M. H av ilan d -Jo n es. N e w Y ork 2000, T h e G u ilf o rd Press T a t a r k i e w i c z W . :

Les trois éthiques d'Aristote.

„ S é a n c e s et tr a v a u x de l'A ca d ém ie des S cie n ce s m orales et p o litiq u e s” , Paris 1931, pp. 5 89-503 [repris in: „ O rg a n o n ” 33, 2004, pp. 215-223]

W i e r z b i c k a A. :

Emotions across Languages and Cultures

-

Diversity and

Universals.

C a m b r id g e 1999, U n iv e r sity Press

(18)

W i t w i c k i W I

Psychologia,

t. 2. Warszawa 1963, PWN

Z a b o r o w s k i R

Rozumienie logos. Presokratycy - Platon.

„Przegląd Filozoficz­ ny - N o w a Seria” 3/1998, pp. 89-113 [English summary: p. 113]

Z a b o r o w s k i R .: Co

to jest uczucie? O wielopoziomowości uczucia [Ou'est-ce

qu'un sentiment? Sur la multiplicité des niveaux du sentim ent

]. „H eksis” 3-4/1 999, pp. 1860-192 [English su m m ary : p. 227]

Z a b o r o w s k i R . :

La crainte et le courage dans l'Iliade et l'Odyssée.

C ontribution lexicographique à la psychologie hom érique des sentim ents.

W a r s z a w a 2 0 0 2 , S T A K R O O S

Z a b o r o w s k i R . :

Sur le fragment DK 22 B 85 d'Héraclite d'Ephèse.

„ O r g a - n o n ” 32, 2 0 0 3 , pp. 9-30 [aussi on-line: w w w .ih n p a n . w a w .p l /r e d a k c je /o r g a n o n /3 2 / Z A B O R O W S K I . p d f ]

Z a b o r o w s k i R . :

Sur le sentiment chez les Présocratiques. Contribution psy­

chologique à l'étude philosophique des sentiments

[sous presse]

Notes

1 D. M. G r o s s :

The Secret History o f Emotion.

C h ic a g o 2006, The U n iversity o f C h ic a g o Press, p. 27 les appelle

pop-psychologists.

C e sont par e x e m p le le j o u r ­ naliste a m é r ic a in D. G o l e m a n :

Emotional Intelligence

(N e w Y ork 1995) et la p s y c h o lo g u e J. S e g a I :

Raising your emotional intelligence

(N e w Y ork 1997).

: Par e x e m p le dans le livre de D. G o le m a n l’ in troduc tion est intitu lée

Le p o stu ­

lat d 'A ristote,

m a is ce la revie nt à ne s ig n a le r A risto te que d a n s son d e r n ie r p a r a ­ g r a p h e (pp. 1 8 - 1 9 de la trad, polonaise).

5 P. E k m a n , R. J. D a v i d s o n (éd.):

The Nature o f Emotion. Fundamental

Questions.

N e w Y ork 1994, O xford U niversity Press, - le plus ancien p h ilo s o p h e qui soit cité est David Hume.

4 Qui d o n n e des p a s sa g e s du

Timée

de P lato n (trad, de B. J o w e tt) et de

De

anima

(trad, p a r J. A. S m ith ) et de

On memory and reminiscence

( tra d , p a r J. I. B eare) d ’A ristote .

Classics in the History o f Psychology,

An In tern et R e s o u r c e D e v e lo p e d by C. D. G re en , Y o rk U n iversity, T o ro n to , C a n a d a (h ttp ://p sy c h c la s- sic s.y o rk u .c a ). Ou enc ore

History o f Psychology,

a j o u r n a l p u b lis h e d by the A m eric an P sychologica l A ssociation for the S ociety for the H isto ry o f P sy c h o lo g y sinc e 1998 ( h t t p : / / c o n t e n t .a p a .o r g / j o u r n a l s / h o p , en to u t 35 n u m é r o s j u s q u ’à août 2 0 0 6 ) - deux articles font exceptio n: R. B. T ig n e r & S. S. T igner,

Triarchic theories

o f intelligence: Aristotle and Sternberg

(History o f Psychology

3, 2/2 000, pp. 1 6 8 - 1 7 6 ) et G. Kirkeboen,

D escartes’s Regulae, mathematics, and modern psy­

chology: „The noblest example o f a ll" in light o f Turing's (1936) On Computable

Numbers

(History o f Psychology

3, 4/2000, pp. 2 9 9 - 3 2 5 ) sinon les noms les plus an c ie n s s o n t H erbart, Ja m e s, R ibot et W undt. P o u r ce qui est de la rev u e

Emotion

(cf. h ttp : //c o n te n t .a p a .o r g /j o u r n a ls /e m o ) j e n ’ai rien tro u v é qui relève de la p s y ­ ch o lo g ie an tiq u e (en tout 23 n u m é ro s de 2001 à août 2006).

(19)

' W . W. F o r t e n b a u g h :

Aristotle on Emotion

(1975, 2 éd.: L ondon 2002, D u c k w o r th ).

6 P ar e x e m p le J. A n n a s :

Hellenistic Philosophy o f M ind

(1992),

Passions &

Perceptions. Studies in Hellenistic Philosophy o f Mind. Proceedings o f the Fifth

Symposium H ellenisticum

, (éd.) J. B r u n s c h w i g & M . C . N u s s b a u m (1993), J. A n n a s :

The Morality o f Happiness

(1993), M . C . N u s s b a u m :

The Therapy

o f Desire. Theory and Practice in Hellenistic Ethics

(1994),

The Emotions in

Hellenistic Philosophy,

(éd.) J. S i h v o l a & T. E n g b e r g - P e d e r s e n (1998).

7 L. P a l u m b o :

Le emozioni e il pensiero nel

F e d o n e

di Platone,

S. R o t o n d a r o :

Le emozioni del riso in Platone

e t M . S e h d e v :

Sogno ed emozioni

mella ftlosofia platonica.

Publiés in:

La ftlo so fia e le emozioni. Atti del XXXI V con-

gresso Nazionale della Società Filosofica Italiana, Urbino,

26-29

aprile

2001

,

(éd.) P. V e n d i t t i , Le M o n n ie r, [Firenze 2003].

8 J. F r è r e :

Les Grecs et le désir de l'être. Des Préplatoniciens à Aristote.

P a r is 1981, Les B elles Lettres.

° J. M. C o o p e r :

Reason and emotion: essays on ancient moral psychology and

ethical theory,

P rin c eto n 1999, U n iv e r sity Press, c o n tie n t entre autres:

P lato’s

Theory o f Human M otivation

(pp. 1 18-137),

Some Remarks on A ristotle's Moral

Psychology

(pp. 2 3 7 -2 5 2 ).

10 S. K n u u t i l l a :

Emotions in Ancient and Medieval Philosophy.

O x fo r d 2004, C l a r e n d o n Press.

11 Cf. le titre de sa th èse: J. F r è r e :

Les tendances et l ’affectivité dans la

philosophie grecque, des Présocratiques à Aristote -

et encore:

Platon and

Aristotle, to whom the book is largely devoted

(er de C. G i l l in: „ J o u rn a l o f Hellenic S tudies” 104, 1984, p. 228).

12 L. P a l u m b o : E ros P h o b o s E p ith y m ia.

Sulla natura d e ll’emozione in alcu-

ni dialoghi di Platone.

Napoli 2001, Loffedo.

13 J. F r è r e :

Ardeur et colère. Le

t h u m o s

platonicien,

Paris 2004, Kim é - le p r e m i e r c h a p itre (qui c o n s titu e la m oitié de ce livre) est c o n s a c ré - il est vrai - à la p é r io d e

Avant Platon

(pp. 1 3 - 1 0 6 ), dans sa 2e partie aux P ré so c r a tiq u e s: H eraclite, P a r m é n i d e et D é m o c rite .

14 R. C. S o l o m o n :

The Philosophy o f Emotions

in:

Handbook o f Emotions,

(éd.) M. L e w i s & J. M. H a v i l a n d - J o n e s . N e w Y o rk 2000, T h e G uilford Press, p. 3.

15 Le r é s u lta t s e m b la b le , i n d é p e n d a m m e n t, dans une au tre r e c h e r c h e , a été o b te n u p o u r

V Iliade

et

Y Odyssée.

Des d e u x r e c h erch es seule la partie c o n s a c ré e à la c ra in te et au c o u r a g e d a n s

Y Iliade

et

Y Odyssée

a été publiée: R. Z a b o r o w s k i :

La crainte et te courage dans

/ ’Iliade

et

/ ’Odyssée.

Contribution lexicographique à

la psychologie homérique des sentiments.

W a r s z a w a 2 0 0 2 , S T A K R O O S .

16 Wl. W i t w i c k i :

Psychologia,

t. 2. W a r sz a w a 1963, P W N , pp. 5 - 1 2 .

17 L. S c h m i d t - A t z e r t :

Die verbale Kommunikation von Emotionen,

Diss., U n iv e r stä t G ie ß e n , 1980, m a nuscrit, cité d ’aprè s N. F r i e s :

Emocje, Aspekty

eksperymentalne i lingwistyczne

in:

Wartościowanie w języku i tekście na materiale

Cytaty

Powiązane dokumenty

Labé dans ses... Lisow ski,

Doceniając ogrom podjętej przez autora pracy, trzeba zauważyć, że ״środowi- sko lekarskie należy do tych grup społecznych, które zawsze wzbudzają zaintere-

В малопольских памятниках филенки на аб- сидах дробятся узкими лопатками, так называ- емыми лизенами, тогда как в  храмах времени князя

Po ogłoszeniu komunikatu było już pewne, że Ojciec Święty przybędzie na Śląsk. Kiedy strona kościelna rozpoczęła pierwsze przygotowania do przyjęcia Ojca Świętego w

wystawy, odbywała zajęcia w laboratoriach i pracowniach Instytutu. Członkowie sekcji publikowali swe prace w zbiorach Studenckiego Towarzystwa Technicznego, organizowali

Zarys treści: Wejście Polski do Unii Europejskiej stworzyło dla samorządu terytorialne- go nowe szanse w zakresie kreowania rozwoju społeczno-gospodarczego. Praktycznym tego

Le cas retenu est AdopteUnMec.com, site défini comme «es- pace convivial (…) créé pour faciliter les rencontres virtuelles entre hommes et femmes, en leur permettant de

Nade wszystko władze Jordanii obawiały się roz- lania konfliktu na cały region, ewentualnych działań odwetowych oraz destabiliza- cji kraju – uprzednio syryjski reżim